Comment plaçons-nous l’individu au cœur des projets ?

Osmose utilise les outils et le processus de la médiation professionnelle, ainsi que d’autres techniques complémentaires, pour inviter les individus à être acteurs de l’apaisement des relations dans les secteurs de la famille et de l’habitat.

Approche globale, proximité et adaptabilité guident nos actions.

Le médiateur, un tiers impartial, neutre et indépendant

La médiation est un mode alternatif de résolution des conflits ou des difficultés relationnelles.

Le médiateur est garant d’un cadre sécurisant ; il conduit un processus structuré avec des techniques et des outils qui permettent aux personnes concernées de trouver un terrain d’entente et une solution à leur situation relationnelle.

La médiation propose une approche par l’émotionnel, en référence à des ressentis, des besoins et à ce qui se joue dans la relation. Elle permet à chacun de s’exprimer librement pour ensuite pouvoir reconnaître l’Autre. Nous nous intéressons uniquement à l’interaction entre les personnes concernées. Cette approche est bien distincte mais peut être complémentaire des approches juridiques ou des expertises techniques.

Le médiateur offre ainsi les conditions de rétablissement d’un dialogue et d’une confiance entre les personnes concernées pour qu’elles deviennent actrices de l’issue de leur conflit ou différend. Impliquées, elles pourront définir une solution qui soit satisfaisante pour elles plutôt que de se voir imposées une décision par un tiers extérieur.

Cette démarche amiable permet à la fois de résoudre des conflits, débloquer des situations, éviter la dégradation ou l’enlisement de certaines situations, mais aussi d’accompagner des changements ou de définir la manière de communiquer et d’être en relation avec l’autre.

Conformément au cadre éthique et déontologique de la médiation professionnelle, nous adoptons une posture :

  • d’impartialité vis-à-vis des personnes concernées,
  • de neutralité quant à la solution choisie,
  • et d’indépendance vis-à-vis de toute autorité.

Nous sommes de plus soumises à la stricte confidentialité pour garantir la confiance.

Nous veillons pour chacune des personnes concernées à :

  • l’adhésion à cette démarche de façon libre et consciente,
  • la participation à la co-construction du cadre d’intervention,
  • la co-responsabilité collective et individuelle.

Cette démarche permet de trouver rapidement une issue pérenne aux difficultés relationnelles ou situations conflictuelles rencontrées.

Notre approche de la médiation professionnelle

Issues de milieux professionnels différents nous avions cependant en commun une réflexion sur l’altérité et la relation à l’autre, sur les processus de changement et de co-construction.

Nous nous sommes formées aux techniques de la médiation dans des écoles différentes. Nous en sommes ressorties avec des outils communs et/ou transposables, une pratique professionnelle certifiée ou diplômée d’Etat. Ces différents parcours nous permettent de valoriser la richesse des regards croisés et complémentaires. 

Notre projet nous a réunies ; en effet nous souhaitions proposer des espaces de médiation, mais aussi utiliser les outils de la médiation dans une démarche globale et sociétale pour contribuer à l’apaisement des relations dans la société.

Pour cela nous intervenons en résolution ou régulation de conflits mais nous agissons aussi en prévention des tensions, avant que les relations ne se dégradent. Nous animons aussi des modules de sensibilisation à la médiation. Au cours de chacune de nos interventions, nous maintenons toujours notre posture de tiers impartial, neutre et indépendant.

La médiation étant le cœur de notre métier, nous continuons à nous former régulièrement et partageons nos expériences lors des sessions d’analyse de pratiques.

Une médiation de proximité au service de la prévention des conflits et de leur résolution

Nous sommes convaincues que la médiation peut être un outil efficace et puissant dans bien des situations de dégradation de la relation.

Nous souhaitons alors rendre la médiation accessible au plus grand nombre, en levant les freins (distance géographique, coût financier, connaissance des modes de résolution amiable, distance culturelle, etc.) et en proposant aux populations un service de proximité.

En ce sens, Osmose veille à :

  • amener la médiation là où l’on n’a pas l’habitude de la voir, là où on ne l’attend pas forcément,
  • pratiquer dans les murs mais aussi hors les murs,
  • aller là où il y a des besoins et quand ils se font ressentir,
  • utiliser les outils de la médiation dans d’autres contextes que la résolution de conflit.

Nos inspirations

Nos missions et nos modes d’intervention s’inspirent de différentes notions et techniques déjà expérimentées ou éprouvées dans nos métiers précédents de travail social et travail humanitaire. En voici quelques-unes :

Community-based approaches et autres approches participatives

Largement éprouvées par Osmose, ces approches synthétisent différentes recherches-actions en socio-anthropologie des années 60 qui s’intéressaient aux dynamiques de changement social. Dans les années 2000 de nombreux outils et méthodes sont déclinés. Ces approches reposent sur l’idée d’un possible processus de transformation dans un contexte donné. C’est une manière de travailler en partenariat avec les groupes concernés, de valoriser leurs compétences et ressources, de soutenir leurs propres prises de décision, de construire avec elles des solutions durables.

Empowerment

C’est le processus qui permet aux individus de prendre conscience de leur capacité d’agir, de prendre le contrôle des événements qui les concernent. Ainsi, Osmose grâce à la médiation remet les personnes au centre du processus, leur permet de retrouver du sens et de restaurer leur capacité d’agir, notamment dans la construction de la solution.

Education populaire

L’éducation populaire, ce n’est pas éduquer le peuple. Ce n’est pas apporter la conscience de l’extérieur à des personnes que l’on considérerait comme « à conscientiser ». Ce sont des dynamiques collectives qui permettent aux personnes dites « dominé-es » de développer ensemble une compréhension critique de la société et des origines des inégalités sociales. Il s’agit de se donner les moyens de comprendre le monde pour pouvoir le transformer. Osmose s’inscrit dans cette dynamique.

Méthodologies d'enquête

Pour ses diagnostics et états des lieux, Osmose utilise les outils de l’enquête sociologique avec la rigueur méthodologique empruntée au sociologue dans la manière de construire son enquête pour ne pas biaiser les réponses. Nous adaptons l’enquête de Connaissances, Attitudes et Pratiques pour révéler les interprétations ou référentiels qui pourraient être levier ou frein au changement de comportements. Nous nous inspirons de l’évaluation des Vulnérabilités et des Capacités pour identifier les risques et enjeux auxquels fait face un groupe, et définir avec lui des actions selon ses ressources.
La roue d'Osmose

Roue d’Osmose

Le vivre-ensemble serait l’articulation de trois étapes. Partons de la représentation d’une société actuelle éclatée où chacun a ses propres intérêts. Le recensement de ces besoins, usages et pratiques spécifiques (en marron dans le schéma) amènent à penser les espaces collectifs pour en optimiser l’adaptation, le partage et l’appropriation (en bleu). De cette nécessité ou volonté de partager les espaces découle l’obligation d’entrer en interaction avec l’Autre, quelle que soit la forme de relation qui se tisse (en jaune). Cette relation permettra de davantage conscientiser l’hétérogénéité des besoins et des usages…

Maîtrise d’Usage

Aux côtés du binôme traditionnel Maîtrise d’Ouvrage / Maîtrise d’Œuvre, la Maîtrise d’Usage donne une place centrale à l’utilisateur. Dans le cadre d’un programme de construction de logements, l’habitant-riverain est associé aux différentes étapes du projet. En prenant en compte ses besoins, attentes et pratiques, en valorisant son expertise d’usager au même titre que l’expertise technique des concepteurs, il participe à l’adaptation des espaces, au partage des temporalités et des usages, pour une meilleure acceptation et appropriation du projet. Les habitants deviennent ainsi acteurs de leur quartier et cadre de vie.

Interculturalité

La démarche interculturelle repose sur 3 étapes : la décentration pour prendre conscience de ses propres cadres de référence ; la pénétration du système de l'autre pour se placer de son point de vue et le comprendre ; la négociation pour identifier les noyaux durs et l'espace de négociation possible pour trouver des solutions acceptables par chacun avec un minimum de compromis. Osmose adopte cette approche fondée sur le respect, la tolérance et l’ouverture mutuels des différentes cultures. Celle-ci permet à chacun de garder ses valeurs, ses héritages culturels dans une écoute réciproque.

Approche systémique

L'approche systémique se distingue par sa façon de comprendre les relations humaines : l'individu fait partie et est influencé par différents systèmes : familial, professionnel, social, environnemental... Les personnes dépendent les unes des autres et leurs échanges se font selon des règles implicites de communication utilisées le plus souvent de manière inconsciente. L'approche systémique prend en compte la communication et les interactions entre les individus. Cette approche pose des axes réflexions dont Osmose s’inspire.

Principe du « Do not harm » (ne pas nuire)

Code de Conduite des acteurs humanitaires, emprunté à l’éthique médicale, il s’agit de limiter, atténuer ou prévenir les impacts négatifs imprévus ou indésirables d’un projet pour les populations concernées. Dans des contextes de conflits par exemple, les humanitaires veillent à leur posture pour ne pas exacerber les tensions existantes. De la même manière, Osmose reste en vigilance grâce à une analyse approfondie du contexte, une compréhension des parties prenantes et des enjeux en présence, une fine évaluation des risques, puis le choix de scenarios en toute responsabilité.